MO(T)SAIQUES 2

"Et vers midi
Des gens se réjouiront d'être réunis là
Qui ne se seront jamais connus et qui ne savent
Les uns des autres que ceci : qu'il faudra s'habiller
Comme pour une fête et aller dans la nuit ..."

Milosz

lundi 29 octobre 2012

P. 193. Messages personnels...


.

Une aube comme une auberge espagnole (Ph. JEA/DR).


toujours pas de permis d'inhumer la mer morte

quand la terre s'arrête trop longtemps de tourner, je m'invente une balançoire dans le cerveau

les négateurs vivent toujours à l'heure allemande

sur la carlingue du charter, ils dessinent une valise par famille expulsée

une sirène tuant le temps dans un sablier

l’ahurissement de chauves-souris aux ailes plombées par la douane

les corneilles mangent les pissenlits par les racines

les pièges et les poisons et les chasses gardées des mélancolies

un horizon décidément dissident

une dernière énigme sous le premier paillasson venu

un marécage rustique et misanthrope

un renard a pris la clé des champs et ne l'a pas rendue

un aria à la mémoire des parias

un soleil si singulier et sirupeux

une bartavelle se prenant pour une dugazon

une lanterne sourde et muette

un récif récidiviste en naufrages

un hippopotame hystérique sur les bords de la Tamise


(Ph. JEA/DR).

hédonisme d’un hérisson accro aux champignons hallucinogènes

et la palme de l'huile la plus exécrable revient à... l'huile de palme !!!

le dernier mot d’une rose morose

la lune a perdu ses lunettes en faisant des claquettes

un pavé de Mai 68 dans un coffre de banque

mille poches sous les yeux d'un bouillon de culture

les heurts et les bonheurs détricotés par une horloge

élever comme il faut une statue au tchador inconnu

une aube comme une auberge espagnole

le chagrin d’une chimère en chômage

marcher par les chemins surchargés de ratures

les nuages et les coquillages, ces colporteurs de rumeurs

un seul caillou discourtois et la fenêtre éclate en sanglots

ne tirez pas sur le pigeon pianiste

un crépuscule sans scrupules a scalpé la colline

des historiens confondent les tiroirs de la mémoire avec des tirelires

les fermières d'hier ont été remplacées par des ouvrières dans ces usines qui, aujourd'hui, ferment à leur double tour

dépassé par son passé, il marche à reculons

la solitude a mis des gants blancs pour traverser le désert


Ombrelles (Ph. JEA/DR).


.

38 commentaires:

  1. Réponses
    1. Gonçalo Tavares :
      - "La manière la plus civilisée d'instaurer une distance de sécurité..."

      Supprimer
  2. J'aime beaucoup l'ensemble de ces messages (surtout charmée par la recherche des figures de style) ; et l'image qui me plaît le plus est celle du caillou qui ferait pleurer la fenêtre...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. mais il y a aussi des éclats d'obus, de tonnerre, de voix, de joie, de la jeunesse...

      Supprimer
  3. Dépassé par son passé, il marche à reculons.

    Une phrase angoissante pour moi.

    Je préfère:

    Dépassé par son passé, il marche à tâtons.


    Belle semaine Jea!!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. dépassé par son futur, il ne tourne plus en rond...

      Supprimer
  4. Que de jolies trouvailles ! La balançoire dans le cerveau me séduit tout particulièrement. :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. parfois un cerveau terrain vague, parfois parc pour enfants (et statue de la liberté)

      Supprimer
  5. Il parait que c'est bon pour les neurones de s'amuser avec les mots, je suis sûr que les vôtres frétillent et s'en donnent à coeur joie
    Ce jolie hérisson a peut être fait une orgie de violettes ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. un hérisson qui nous apporte le bonjour de Blaise Cendrars...

      Supprimer
  6. hou! les corneilles et le pavé!!!
    bravo JE!
    biz

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. les corneilles rendent les vers tragiques
      tombant dans une mare, le pavé évite toujours les canards...

      Supprimer
  7. J'aime ces chocs d'images... et tout ce qu'ils éveillent dans l'esprit.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. rendez-vous jeudi prochain
      aimeras-tu mon billet
      avec les Compagnons du Champeau, l'orchestre Aria, Brahms et son opus 45 ?

      Supprimer
  8. Chaque phrase fait choc...
    et en dit long, du moins dans la tête et le coeur de celui qui lit...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. André Rollin :
      - "Rien n'est simple. Je voudrais que de longues phrases, avec des labyrinthes et des prairies, arrivent sous ma plume, se déroulent sur le blanc de la page du matin..."

      Supprimer
  9. Tous ces mots-images qui alimentent dès l'aube les appétits des convives...espagnols ou pas.
    Puisse la balançoire vous faire traverser les nuages et recevoir le rayon d'un soleil pas avare ce matin.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. vous imaginez bien si l'auberge espagnole vous est dédiée d'autant qu'elle se situe sur une île...

      Supprimer
  10. La solitude a mis des gants blancs pour traverser le désert : quelle élégance dans cette phrase!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Saint-Exupéry :
      - "On mourait de soif. Et cette soif-là, on ne pouvait mystérieusement l'abreuver que dans le désert."

      Supprimer
  11. La sirène et le sablier, l'hippo et la Tamise, le pavé de mai au coffre, la colline scalpée, le chagrin d'une chimère, les fermières et les ouvrières etc.. toutes des petites histoires fantasques, drôles ou tristes, évoquées en une seule phrase !! Merci JEA.
    ( "Ombrelles", c'est une belle photo qui interpelle, notamment par ce grand carré d'ombre devant )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. la fenêtre : à ménager pour cause de vitre déformée par les âges
      l'arbre : un bouleau nostalgique de l'époque hippies
      les taupes : absentes pour cause de sieste
      les ombrelles : pas celles des villes mais celles des Ardennes...

      Supprimer
  12. comme un bocal de bonbons, les uns doux les autres amers, mais tous savoureux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Brel :
      - "J’vous ai apporté des bonbons
      Et nous voilà sur la Grand-Place
      Sur le kiosque, on joue Mozart..."

      Supprimer
  13. je ne sais laquelle je préfère , le hérisson ou le dugazon?????la solitude est splendide!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. dugazon chante faux et le hérisson est un maître chanteur si l'on pose distraitement la main sur son dos à la sauce piquante...

      Supprimer
  14. "marcher par les chemins surchargés de ratures" : j'imagine vos lignes chantées par Léo Ferré - nuages noirs - ou Claude Nougaro - lumière solaire. C'est très beau.
    A l'ombre du bouleau pleureur, je dépose la chaleur d'un petit E. tenu dans mes bras hier (message personnel).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. et Michel Berger (avec Françoise Hardy en double)
      sur YT, une étrange version de "Message personnel" par Isabelle Huppert
      (message personnel : le petit E. a peut-être un ange gardien, le petit J.)

      Supprimer
  15. La façon de dire les choses leur donnent leur véritable dimension.
    Votre verve n'a d'égale que vos vers et verbes !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. mes vertubleus à l'âme et mes vertuchoux de Bruxelles...

      Supprimer
  16. On sourit, on s'émerveille, on comprend et on apprend... et faut le lire pour le croire !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. le lire pour ne pas perdre tout espoir...

      Supprimer
  17. "toujours pas de permis d'inhumer la mer morte", vous commencez fort et tout est à l'avenant, votre humour délicat est un baume.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. l'humour est un sans domicile fixe (masc. gram.)

      Supprimer
  18. Réponses
    1. Balzac himself :
      - "Un petit feu de bourrées, nommées des régalades..."

      Supprimer
  19. impossible de tourner en rond tant vous nous poussez d'image en image de jeu de mot en marelle: un, deux, trois, soleil des mots!Mes yeux s'illuminent.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sylvie Germain :
      - "Ecrire est le plus précieux des jeux... On écrit un peu à la façon dont on joue à la marelle, on pousse les mots de ligne en ligne, de page en page, on avance à cloche-main, et les espaces traversés ne sont pas sans danger..."

      Supprimer

Les commentaires sont modérés dans la mesure où les spams ne sont pas vraiment les bienvenus (ils ne prennent pas de vacances)