MO(T)SAIQUES 2

"Et vers midi
Des gens se réjouiront d'être réunis là
Qui ne se seront jamais connus et qui ne savent
Les uns des autres que ceci : qu'il faudra s'habiller
Comme pour une fête et aller dans la nuit ..."

Milosz

jeudi 1 août 2013

P. 253. Demain sera un nouveau détour...


.


"Comme un coquelicot..." (Ph. JEA/DR).

demain
sera un nouveau détour


il me reste un clou
pour le spectacle
et de moins en moins
de peau
pour les chagrins


au bord de routes nouvelles-nées
des vacanciers pressés
ont abandonné
leurs ombres abasourdies
et sans collier

quelque chose ne tourne
pas rond
dans la conspiration
des nuages
pour renverser l’horizon


à chaque crépuscule
avec ou sans dieu
le même chien
prend la voix de son maître
pour provoquer la lune


le ruisseau maudit
cette canicule le privant
de salive pour aller sans se cacher
cracher sur la tombe
du crabe inconnu


aujourd’hui
n'était pas un ancien testament



Volet en Beaujolais (Ph. JEA/DR).

.

32 commentaires:

  1. Très beau poème J-E.
    Je suis toujours stupéfait de ta plume.
    Am.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. trois générations de plumes, en espérant non une décadence mais des différences...

      Supprimer
  2. J'aime beaucoup le coquelicot isolé sur le chemin et la lame de volet façon parchemin.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. des barbares abattirent un arbre dont le seul tort était peut-être de leur avoir offert de l'ombre puis surgit ce coquelicot, comme une suite fragile mais libre...

      Supprimer
  3. Bel article, autant par le texte que par les illustrations (j'adore la photo de la porte qui laisse entrevoir un ailleurs lumineux)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. en réalité, mais pas question de porter atteinte aux imaginations, c'est un fragment de volet, depuis un premier étage, légèrement détaché d'un mur par le vent

      Supprimer
  4. Je hais les crabes et je n'hésite pas à leur jeter un sort chaque fois que j'en croise un.
    Parfois, ça marche... comme ce joli coquelicot au milieu du bitume ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. en vérité, je ne me sens pas toujours fier de tomber dans la facilité de stigmatiser des crabes accusés à tort de crimes contre l'humanité
      mais les fatigues poussent parfois à ne pas chercher les mots, à laisser passer les premiers venus

      Supprimer
  5. Quelle porte! j'ai cru d'abord à un vitrail, j'ai pris mon temps et j'ai compris!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. tandis qu'en bord de mer, on pourrait croire en des bois flottés

      Supprimer
  6. « Tu es là

    Je le sais
    Je te sens
    Je t’écoute »

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alex Garland :
      - "Bien écouter, c'est presque répondre..."

      Supprimer
  7. Autant de strophes, autant d'étranges petits tableaux où les mots se télescopent en métaphores hardies. L'imagination en est secouée et stimulée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ce sont des pétales mais la fleur qui les porte n'a pas de nom

      Supprimer
  8. L'Aube après la Nuit
    dans les nuages et le vent
    Poète éternel.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. René Char :
      - "La poésie vit d'insomnie perpétuelle..."

      Supprimer
  9. Vos mots

    Les souffrances les plaies ouvertes
    ces échardes accrochées en pleine chair

    L'homme que vous êtes

    L'espérance

    dans nos cœurs

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ali Prodimja :
      - "le monde est resté là
      planète d’exil
      fine fleur du silence..."

      Supprimer
  10. Le gris essaye de s'imposer
    mais la couleur de vos mots,
    celle des yeux du volet,
    fait voler les nuages en éclats.

    Magnifiques photos JEA.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. même un écran sans "fin" peut accepter un fond
      les gris s'en trouvent réhabilités
      et les nuages ne se retrouvent plus otages...

      Supprimer
  11. Volet ancien pour Beaujolais nouveau ?
    C'est facile, je sais, mais quand il fait chaud, on aime les choses légères.
    Photos signées, magnifiques.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. un Juliénas depuis trois générations dans ma famille
      ne faisant pas briller ni s'entrechoquer des médailles d'or ou d'argent ou encore de bronze
      un Beaujolais pas trop nouveau, surtout pas dépendant des modes et des marchands, avec des parfums débiles style "banane"...

      Supprimer
  12. Toc, toc, toc, des œilletons frappent au volet du Beaujolais en criant: " Liberté"!
    De retour,je vous ai lu et ne vous oublie pas...Tant de coïncidences!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. à lire au second degré au moins, Andrès Bello :
      - "Vous aimez la liberté ? Elle habite la campagne..."

      Supprimer
  13. Au second degré comme au premier, ce cru est un de ceux qu'on dit sincère et les enluminures font regretter que le monde ne soit pas plus souvent peuplé de volets bleus

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moody Blues :

      - "Open up the shutters on your windows
      Unlock all the locks upon your doors
      Brush away the cobwebs from your day-dreams
      No secrets come between us any more
      Oh say it's true
      Only love will see you through..."

      Supprimer
  14. Que de beautés dans ces commentaires ! Le beaujolais inspire...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. l'an prochain, je demande aux frères Bergeron de prévoir une cuvée commentaires de Mo(t)saïques 2...

      Supprimer
  15. Lire à travers vos lignes, JEA, c'est penser qu'on pourrait vous connaître un peu mieux, avec des mots qui sans salive, nous abreuvent et nous consolent ...
    La fleur rouge à l'avant-plan est-ce une fleur, une tache ou un soleil ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. un géranium se poussant du col...

      Supprimer
  16. oui, je confirme, j'avais raté cette page: très beau poème,
    "le même chien
    prend la voix de son maître
    pour provoquer la lune"...
    c'est magnifique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. chaque soir
      la lune
      fait 78 tours
      puis s'en va...

      Supprimer

Les commentaires sont modérés dans la mesure où les spams ne sont pas vraiment les bienvenus (ils ne prennent pas de vacances)